Histoire d’APE

Histoire d'APE

En février 2015, lorsqu’il rend public son projet de soutien pour les orphelins de la maison Saint-Joseph, en Roumanie, Michel Corradini est loin de se douter de l’élan de sympathie qu’il vient de soulever autour de lui.

L’annonce de son périple à bord d’un simple triporteur jusqu’à Odorheiu, en pleine Transylvanie, vaut à l’action humanitaire du garagiste neuchâtelois une foule de signes de reconnaissance et d’appuis.

Le 15 juillet, dans la cour du Château de Colombier, le moteur du Callessino rouge à trois roues ronronne pour le plus grand bonheur du fondateur de l’association APE (Aide pour les enfants de Roumanie). Seul à bord de son Piaggio APE qui n’atteint que péniblement les 60 km/h, Michel Corradini va rouler plus de 2000 km pour rejoindre l’orphelinat « SF Iosif », à Odorheiu.

Son but : améliorer le quotidien des quelque 150 enfants sous la responsabilité de Sœur Emilia. L’action de Michel Corradini n’est pas retentissante.

Généreux, il veut simplement porter une aide à hauteur de 6000 francs pour couvrir les frais de chauffage de l’immense bâtiment mal isolé qui n’offre qu’un minimum de confort aux occupants.

Toutefois, cette action caritative portée par un seul homme touche et mobilise.

Et ce sont des dizaines d’amis, des membres des autorités communales et même un cortège de motos et de triporteurs qui accompagnent le lancement de cette action humanitaire. Comme prévu, le voyage durera une quinzaine de jours en avalant des cols, longeant le Danube, ou traversant les rivières sur des bacs. Le tout sans anicroche ni avarie mécanique (prudent autant qu’avisé, Michel Corradini avait eu la bonne idée de partir le jour de la Saint-Bonaventure).

En visitant l’orphelinat, le fondateur d’APE se rend compte que son chèque ne couvre qu’une partie des frais de chauffage. Ce ne sera que partie remise. Le noyau qui s’est créé autour de l’association APE décide d’élargir la recherche de fonds afin d’envisager la réfection de la toiture de l’immeuble ou d’acheminer des fournitures scolaires et autres équipements.

L’élan de solidarité créé par Michel Corradini ne s’arrête pas à une simple contribution financière. Elle touche celles et ceux qui découvre la sincère générosité qui fait avancer l’association. Ainsi, le 15 juillet 2016, Michel Corradini repart pour l’orphelinat d’Odorheiu. En moto, cette fois-ci ! Mais pas seul : une ribambelle de motards l’accompagne cette fois-ci. Leur sonore arrivée dans la cour de l’orphelinat restera un moment d’émerveillement gravé à jamais dans le cœur des enfants qui accueillent la cohorte pétaradante. Le cœur des motards déborde également en cet instant d’une rare intensité; difficile de retenir ses larmes.

Depuis, plusieurs voyages ont été entrepris en camion ou en bus avec remorque. A chaque fois, grâce à la générosité de chacun, les véhicules étaient remplis à ras bords d’habits, de peluches, de jouets ou autres vélos, assurant le bonheur des petits et des grands.

En été 2018, des cyclistes entreprennent ce même voyage pour continuer de faire vivre les projets d’APE en Roumanie. Car, au fil du temps, les visites de Sœur Emilia et les manifestations organisées, en Suisse, en faveur des enfants de l’orphelinat ont fortifié les liens tissés par l’APE.

Back To Top